Rencontre communecter 13/10/2017 Toulouse

De Wiki des communs
(Redirigé depuis Rencontre communecter)

CR rencontre Communecter 13 octobre 2017, IF à Toulouse[modifier | modifier le wikicode]

Présents : Tibor, Hafid, Clémence, Estelle, Manue, Marc, Domi, Olivier, Anne-Marie

Tour de table[modifier | modifier le wikicode]

Tibor[modifier | modifier le wikicode]

Développeur, cofondateur de OpenAtlas et de Communecter. Communecter * en mouvement, des retours comme quoi ça n'est pas parlant (pas l'avis de Hafid et d'autres dans la réunion) * 6 dévs à plein temps * open source, valeurs sur laquelle on ne dérogera pas Venu pour parler des communs de chacuns, et présenter les nouveautés

Hafid[modifier | modifier le wikicode]

Confondateur des Nacelles et de Com1possibles avec Clémence, et que Estelle a rejoint récemment. à la base, l'idée est de faire un réseau social de quartier. Aujourd'hui, nacelles présentes dans des espaces de coworking, mais aussi dans des lieux publics ou des entreprises (le lab de la dépêche). Com1possible c'est les nacelles, mais aussi du conseil, des outils ??. Trois personnes travaillent. La problématique principale est comment être rémunéré en construisant des communs ? Connecté très tôt à Communecter, beaucoup d'échanges avec Tibor, et est très content de voir qu'ils sont pris en compte. Première mise en commun avec Percollab à Montréal, leurs méthodologies + les nacelles, plans et aide pour les monter : très positif. Les nacelles ne sont pas en open-source pour le moment, mais c'est l'objectif. Étudie également les licences à réciprocité. Le modèle économique est encore à trouver.

Marc[modifier | modifier le wikicode]

Développeur autodidacte, participe à communecter. Cherche aussi comment être rétribué tout en contribuant à un commun comme communecter.

Domi[modifier | modifier le wikicode]

Chef cuisinier indépendant et itinérant, en ce moment occupe des restaus pendant quelques semaines : déco refaite, nouvelle carte, pendant que le chef résident est en congé. Les recettes sont un des premiers open source : Escoffier indique en intro de son livre "recettes partageables". À ses débuts, il mettait une pirate box à côté de la caravane où il faisait la cuisine pour partager ses recettes.

Olivier[modifier | modifier le wikicode]

Appli Youka scanne un produit et donne ses ingrédients, les données proviennent de OpenFoodFacts. à partir de données ouvertes, il y a toujours quelqu'un pour trouver une bonne idée de réutilisation. Développeur, travaille sur le web sémantique. Sur google, on voit souvent des fiches liées à la recherche que l'on fait si c'est une personne, un lieu. Proviennent de données structurées dans le format imposé de fait par Google, mais ne sont présentes que sur leur moteur de recherche. L'idée est de décentraliser ces fonctionnalités et pouvoir afficher ce genre de fiche sur son site internet.

Manue / numahell[modifier | modifier le wikicode]

Développeuse web, salariée dans une entreprise de services en logiciels libres. Militante du libre et des communs. Animait le groupe des communs, avec Bernard et Maryline, mais beaucoup d'occupation ont fait que c'est en sommeil pour le moment : va essayer de relancer la dynamique. A participé à Alternatiba au sein du village AlterMediaTic. Au-delà de l'événement qui a eu lieu fin septembre à Toulouse, le groupe AlterMediaTic se propose de transmettre des savoirs sur le numérique et les media, permettre à tous de contribuer à des projets libres, et est en train de réaliser un chatons (hébergeur web solidaire, ouvert, neutre, respectueux des données) pour les associations en particulier. Dans la mouvance de ce que propose Framasoft.

Estelle[modifier | modifier le wikicode]

Designer de services, arrivée à Com1possible presqu'au début. Métier : appliquer les méthodes pour le design dans le cas d'un service (par exemple service public), avec une démarche d'itérations, les méthodologies. Design social : nacelles. Rencontre Hafid au Ouishare festival, bénévole comme lui. Aujourd'hui consultante pour com1possible à temps plein, en attendant d'être intégrée à l'entreprise.

Anne-marie[modifier | modifier le wikicode]

Gère le lieu Imaginations fertiles avec Artilect qui eux s'occupent de la partie fablab. Pas forcément revendicatif sur les communs, mais considère que le lieu est un bien commun, puisque plusieurs acteurs (indépendants, scop ou entreprises) sont impliqués dans son occupation. S'interesse aux communs grâce à Tibor et Lilian, et surtout sur la problématique de la documentation. info Pause déj mardi 17/10 de 12h à 14h avec AnimaCoop, qui propose une session de formation à l'animation à Toulouse, et dont les supports sont open-source.

Présentation des nouveautés de Communecter[modifier | modifier le wikicode]

Grosse évolution depuis la V1. Toujours l'idée des acteurs, citoyens et organisations, et d'un réseau sociétal : plus qu'un réseau social, c'est un lieu incitant les gens à s'investir, participer à la société. Nombreux acteurs : Enercoop, Alternatiba, Problématique : comment les communs peuvent s'organiser, s'unir ? Communecter : outil qui donne à voir la force des communs par leur nombre, un outil pour répondre à cette question. Madrid prochainement : ECA (European Commons Assembly), 2ème (la première était à Bruxelles l'année dernière). Facebook n'est pas adapté pour l'action collaborative. Communecter V1 : des retours importants, pris en compte. Projet open source, en mode systémique (stigmergique ?), mais avec un core de développeurs. Problème inhérent à tout projet libre : fragilité, comment rétribuer les contributeurs ? Modèle aujourd'hui : * 12 € par an participation non obligatoire par Patreon, liberapay ou autre * crowdfunding réussi en 2016 * conseil en logiciel libre * des communes et des citoyens sont adhérents

Démo avec Alternatiba Pei[modifier | modifier le wikicode]

C'est à la fois un acteur, un événement et des sous-événements, des projets, des points d'intérêt. Cette année le choix a été fait de demander aux associations de proposer des ateliers plutôt que des stands. On utilise Communecter pour saisir les ateliers, leur description. L'intérêt de communecter c'est de pouvoir en profiter à la suite de l'événément, et de revenir dessus.

Fonctionnalités : * Acteurs, organisations, projets * liste des événements auxquels une orga participe * Une appli mobile permet de prendre des photos qui sont ajoutées à un événement. * Recherche territoriale et thématique * agenda: événements, sous-événements * annonces, besoins en ressource, financement, etc. Possibilité d'utiliser d'autres monnaies que les Euros * Live: actualités. Peut-être relié à un flux RSS pour * Espace CO, espace de prise de décision participative : propositions avec votes (vote "demande d'explication" possible), demandes, actions à venir : intégration de dialoguea, permet de commenter des portions de textes.

remarque de Hafid : notions de rôles dans la méthodologie de Percollab plutôt que responsable, pas forcément celui qui fait l'action mais responsable de son aboutissement, possibilité de transmettre ou abandonner un rôle

Fonctionnalité data et interopérabilité : peut afficher des données de wikidata, rss, et autres sources de données pour les afficher sur le site (sans pour autant les héberger). Exemple des données de Colibri "Près de chez nous" qui a une API ouverte, leurs données pourront être affichées dans communecter. Ne récupère que des données ouvertes.

Question : est-ce possible de récupérer des événements d'autres sites, par exemple un wordpress ? Module d'intéropérabilité qui récupère notamment du RSS.

L'idée est comme pour Babelfish de l'auteur de la Cathédrale et le bazar, avoir un langage de conversion pivot qui ensuite restitue en de nombreux autres formats.

Question : possibilité de récupérer les événements de Démosphère ? Voir s'ils ont une API Ex RocketChat est intégré grâce à leur API.

Question : crainte de l'effet Larsen, c'est à dire des doublons provenant de différentes sources ? Les données ne sont qu'affichées, pas importées.

Les liens récupérés sont typés comme actualité, acteur, lieu, événement.

Lorsqu'on consulte des contenus divers, possibilité de récupérer les données sémantiques (noms, lieux, dates ...) et de les afficher de manière non linéaire (pas sous forme d'article wikipedia par exemple) mais de carte. Fonctionnalité en cours de déploiement. Idée de réutilisation : pour les classes en histoire ou autre

Tour de table fin de démo[modifier | modifier le wikicode]

  • Hafid : C'est un bond énorme depuis un an, période pendant laquelle j'ai un peu décroché. C'est beaucoup de retours qui ont été pris en compte, il faut le reconnaître. Deux remarques cependant :
    • quand Tibor parle de "une seule entrée pour que tous les communs se rejoignent", pour moi ça ne devrait pas être un objectif, car les communs sont bien trop diverses pour que ça soit possible. C'est une plateforme pour connecter les communs, une parmi d'autres.
    • le degré de complexité reste important, même si un énorme effort a été fait sur l'ergonomie. Mais qu'en est-il de l'utilisabilité ? Il y a beaucoup de choses, on ne voit pas se dégager un ou deux points d'entrée. Comment attirer de nouveaux utilisateurs ? Quelles seraient les deux ou trois fonctionnalités principales qui font que les gens viendraient et contribueraient ? Par exemple, Facebook l'usage principal c'est rester sur la page et scroller. L'interface est assez moche, pas forcément pratique mais tout le monde la connaît.
  • Philippe : les utilisateurs viennent selon leur intérêt, peut-être un affichage simplifié pour la consultation seule.
  • Hafid : l'ergo semble encore conçue par des développeurs. On s'approche du but mais il reste du chemin.
  • Manue : avait beaucoup de critiques sur la V1 que j'avais du mal à adopter et à faire adopter, là je trouve que c'est beaucoup mieux, et ça me donne envie de le faire découvrir. Ce serait une bonne idée d'étudier les retours d'utilisateurs béotiens.

Même retour cependant sur le fait que ça n'est pas obligatoire d'avoir un seul point d'entrée pour les communs : trop de diversité. L'interopérabilité pour ça est très importante pour relier les outils et les bases de données les uns aux autres. Maintenant, que peut-on faire pour attirer plus d'utilisateurs ?

  • Tibor : Aujourd'hui on utilise l'outil pour notre propre usage, et on prend plaisir à l'utiliser. Autant utilisateur que développeur.
  • Marc : L'intéropérabilité pourrait être l'usage à montrer en premier ?
  • Manue : attention, la fontionnalité principale doit parler à 90% des gens
  • Hafid : l'intéropérabilité pas forcément à mettre en avant, mais fait partie de l'identité de Communecter et on doit en parler
  • Domi : à propos du nom, Communecter parle plus que CO (+1 Hafid, Manue, Clémence)