Retour Atelier logistique 1

De Wiki des communs

Atelier tenu le mardi 16 février à 16:00

MUTUALAB 19 rue Nicolas Leblanc - Lille

L'objectif de cet atelier logistique est d'optimiser le déroulement des assemblées en tenant compte des retours d'expériences des rencontres précédentes.

Il est présenté ici.


Logistique[modifier | modifier le wikicode]

  • Les ordinateurs : pour le moment, il s'agit de matériel personnel mis à disposition le temps de l'assemblée. Chacun est donc invité à venir avec son propre matériel en toute autonomie (le lieu permet de brancher et d'avoir le wifi)
  • Réservation de la salle : jusqu'à nouvel ordre, c'est Simon Sarrazin qui s'occupe de réserver la salle pour chaque assemblée.
  • Repas : il n'est pas possible de centraliser les commandes en amont, et ce n'est pas forcément souhaitable. Pour ceux qui souhaitent manger sur place et lorsque la structure le propose (c'est le cas au Mutualab), penser à venir au moins 1/2 heure à l'avance pour que le travail effectif commence à 12h30. Encourager l'auberge espagnole (mise en commun de denrées) sans en faire une obligation.


Organisation[modifier | modifier le wikicode]

  • Méthode d'organisation choisie : la stigmergie (penser à expliquer clairement ce choix et en quoi il consiste, faire un atelier dédié ?)
  • Méthode d'action : organiser des ateliers sur des problématiques ciblées, penser à créer des ateliers orientés terrain (Exemple : Intercollectif Roms Région Nord Pas de Calais, un commun ?)
  • Deux pôles parallèles : accueil et action. Le pôle accueil se déroule chaque dernier jeudi du mois. Le pôle action peut se déployer en petits ateliers le jour de l'assemblée mais également entre deux assemblées (comme le présent atelier)

Documentation[modifier | modifier le wikicode]

La force de la stigmergie réside dans la documentation des actions dans un but de réplicabilité et de créer du lien sémantique à visée sociale.

La documentation vise à proposer des améliorations successives par itérations, non à fixer les choses. C'est une documentation vivante qui vise à laisser une trace exploitable des processus.

  • Réaliser un trombinoscope des personnes qui se présentent lors des tours de table mensuels.
  • Documenter tous les ateliers avant, pendant et après leur tenue (prévoir a minima un rédacteur par atelier, ou un animateur qui encourage la documentation collective)