Inflorescence - Rencontre du 7 fevrier 2018

De Wiki des communs

Rencontre mensuelle Inflorescence mercredi 7 février 2018 19h(30)-21h à la MRES.

  • Hervé et Manu (Robin des bio), Maya (La Locomotive), Patrick (Givrés d'oranges !), Jimmy (Le Court Circuit), Émile (Entraid’Union)


Nous débutons à 19h30 avec la proposition d'ordre du jour suivante :

  • discuter d’une contribution des membres d’inflorescence au "Forum des acteurs de l'alimentation durable et solidaire", qui a eu lieu le mardi 6 février à la Maison Stéphane Hessel (voir les échanges avec ExtraCité dans les derniers compte rendus). 
  • diverses informations


Présentation Émile, nouveau venu

Logicien, suite à une étude sur la logistique des circuits courts, il a décidé de lancer son projet, Entraid’Union (solution d’approvisionnement de produits frais, locaux et durables).
Émile a travaillé sur une plate forme paysanne marseillaise, qui existe depuis 2013, donc l’objectif est de faciliter la tâche aux petits producteurs, proposer leurs produits à des restaurateurs, épiceries (plate forme paysanne locale, PPL).
Émile propose une solution d’approvisionnement et de logistique aux producteurs.
Il a découvert le réseau inflorescence via internet (et les compte-rendu mis en ligne par Philippe !), et nous a rejoint récemment.

Débriefing sur la réunion "Forum des acteurs de l'alimentation durable et solidaire" 6 février

Le projet de la Mairie, identifier les besoins des structures lilloises travaillant sur la question de l’alimentation durable, est louable, mais leurs attentes, telles que ressenties hier, nous semblent assez éloignées des nôtres au final… 
Certes de nombreuses choses nous réunissent (les valeurs, services bilatéraux… ), mais il n’est pas évident, au premier abord, de faire émerger un besoin commun (inflorescence s’y emploie depuis presque 2 ans). 
Est-ce qu’on ne ferait pas de notre diversité une force ? Aucune structure n’est identique à l’autre, ce qui fait que beaucoup d’adhérents / consommateurs naviguent entre nos différentes structures. 
Les premières réflexions sont autour d’un lieu ressource, lieu rencontre… qui permettrait de nous rencontrer, de mutualiser des services… Comme une sorte de « marché d’intérêt local » - mini-MIL. 

Pour rebondir sur cette idée, nous faisons un tour de table des idées en terme de besoins (à compléter par chacun, et bien sûr par ceux qui n’étaient pas présents à la réunion). 

Tour de table sur les solutions envisagées

(complété par chacun à l’issue de la réunion, et bien sûr par ceux qui n’étaient pas présents à la réunion)

« Les besoins tournent effectivement autour d’un lieu de stockage, mais qui soit associé à un lieu de vente… l’idéal serait dans les 100m2 (vente, stockage, chambre froide). Pour autant, je ne suis pas convaincu (loin sans faux) par un projet  commun qui tournerait autour d'un lieu de stockage (pour faire court). Je ne reviens pas sur les précédents mails dont je partage les doutes à ce sujet. Mais je rajoute simplement que la situation de Robin des bio, qui, je le rappelle, bénéficie d'un loyer "subventionné" par la ville et qui est sous la menace d'une relocalisation imposée, montre à quel point ce genre d'avantage est dangereux.
C'est pourquoi, je me demande si dans un premier temps, notre réponse ne peut pas se concentrer sur un lieu de ressource/rencontre/manifestation.
Je me rends compte qu'on serait loin du compte et que ce n'était pas forcément  l'ambition de départ. Pour autant, cela me parait plus réaliste et constituerait quand même une première étape intéressante concernant notre identification et la reconnaissance de notre existence en tant que structures de propositions alternatives dans le domaine de l'alimentation durable et solidaire. »

« Les besoins et propositions sont bien sûr un lieu stockage (les stocks sont chez des adhérents entre deux distributions), la mutualisation des moyens de transports (une camionnette, ou un vélo triporteur pour les trajets les plus courts). La gestion des approvisionnements et de la communication avec nos fournisseurs est gérée par des adhérents (« les référents-fournisseurs »), qui pourraient aussi mutualiser, dans une certaine mesure, ce service pour d’autres structures… notamment si on avait un lieu (de rencontre, de stockage, de distributions) en commun ! »

« Des livraisons/distributions mensuelles et la nécessité, pour le bon déroulement de celles-ci, de pouvoir utiliser un quai de déchargement et d'un espace pour la réception de 15-20 tonnes de produits, puis pour leur distribution dans la journée.
Notre usage d'un tel lieu est « épisodique », nous pouvons donc le partager avec d'autres, également financièrement.En partenariat aujourd'hui sur ce point avec le Secours Populaire de Lomme. »

« Une identité d'« AMAP européenne », complémentaire des circuits-courts locaux. Nous invitons depuis deux ans des producteurs locaux à nos journées de livraison. Lors de celles-ci un véritable marché de producteurs et/ou des synergies avec d'autres acteurs locaux de la « distribution alternative » pourrait être envisagé, en particulier sur Lomme où certains quartiers sont particulièrement dépourvus de commerces de bouche. »

« Besoin d’un espace de stockage, réfléchit  déjà à mutualiser avec le court circuit en amont. »

« Besoin d’un lieu qui serve à la fois à la préparation (côté éphémère, ça arrive et ça repart), mais aussi une problématique commune sur le stockage (viande, frais, légumes). Ils travaillent avec de nombreux producteurs et artisans qui font de l’huile, bière, etc., pour lesquels il y a un grand intérêt à leur proposer un lieu de stockage. »

« Également à la recherche d'un lieu de stockage, mais plutôt sur Roubaix ! »

Exemples et pistes de mutualisation déjà réalisées ou facilement envisageable pour certains d’entre nous

  • les lieux de distribution des givrés pourraient aussi être des points relais pour le court circuit les jours de distribution. 
  • Les givrés et la loco ont déjà testé la mutualisation du camion de livraison pour la commande de pâtes Iris Bio (commande commune et partage des frais de livraison)
  • La loco travaille désormais avec la comptable des givrés… 
  • Partage de contacts de fournisseurs entre nos structures
  • Développement du réseau de « l’économie de la confiance » dans les réseaux des givrés, ou de la loco… car on paye APRES la livraison. Dans la même idée, les givrés se sont déjà portés garant pour une autre structure auprès d’un fournisseur commun
  • Expérience des adhérents des givrés sur s’organiser pour aller chercher les commandes pourrait pourquoi pas être transposé à d’autres organisations. 
  • Le court circuit a beaucoup d’expérience et de travail côté producteurs / fournisseurs, alors que d’autres structures (Givrés, Robins, Loco) ont aussi beaucoup d’expérience côté adhérents / consommateurs… des choses à partager ? 
  • Suite à la multiplication des demandes d’informations sur le montage de groupement d’achat, la locomotive / le panier rusé ont lancé en interne un chantier « décrire les fonctionnements, documenter sur le développement d’un achat groupé », qui a notamment abouti en juin dernier à une rencontre avec différentes structures de la région intéressées pour monter un groupement d’achat (auquel les RdB et les givrés ont également participé)
  • Organisation d’évènements en commun autour de la question des circuits courts, de l’alimentation durable… 

Réflexions plus larges sur la localisation d’un lieu commun

  • Question sur le lieu : en métropole ? Ou sont la plupart des consommateurs ? Ou en Flandres ? Ou sont la plupart des producteurs ? Pourquoi pas une réflexion plutôt à l'échelle de la région ? 
  • Quid de la cuisine commune à Fives ? Est-ce que ce serait une piste pour mutualiser quelque chose ? 
  • Quid des communs de l’alimentation ? Voir le travail réalisé par Simon ? 
  • Quid du Port de Lille ? 
  • Si la mise en commun d'un lieu de stockage, voire de moyens de transport, pourraient intéresser plusieurs acteurs du réseau :
    • quel mode de gouvernance proposé pour l'administration de ces moyens ?
    • quels critères de sélection des structures pour l'accès à ces facilités ?
    • quelles conditions de partenariat entre les structures impliquées et la collectivité, ou l'instance déléguée pour la gestion de ces moyens ?

Prochaine réunion

On reste sur une réunion tous les 2 mois

  • mercredi 4 avril 2018 à 19h (démarrage à 19h30).