Legal Service for Commons : bilan 2016-2018

De Wiki des communs

Bilan organisationnel[modifier | modifier le wikicode]

Comment s’organisent les différentes activités et contributions de la LSC-L1 ? Pour lire ce bilan, il est important de comprendre que les activités de la LSC-L1 ont largement dépassé ses intentions initiales. D’un simple hébergement de noms de domaine/marques, les activités numériques se sont développées au sein de collectifs en lien avec l’association sur le plan financier, mais autonomes dans leurs prises de décision.

Les activités de ces différents collectifs sont donc aussi présentées dans le présent document.


La LSC-L1[modifier | modifier le wikicode]

Logo-lsc.png

Histoire et objectifs[modifier | modifier le wikicode]

LSC signifie « Legal Service For Commons« . En Français, « Services légaux pour les communs ».

Son nom est en anglais car elle relève potentiellement du droit européen, donc utilisable dans les pays non francophones. Elle est une copie du modèle qui existe depuis 20 ans de la SPI-INC : http://spi-inc.org/ et qui permet à des projets comme Debian ou LibreOffice d’avoir un outillage juridique à leur disposition.

La LSC a pour but de rendre le portage de projets possible sans obligatoirement passer par une création de structure, et tout en protégeant au mieux les ressources partagées du projet afin qu’elles puissent le rester sur le long terme.

Sa spécificité est qu’elle peut héberger pour des tiers les éléments bloquants d’un portage sans structure, mais n’a dans ses statuts aucun pouvoir sur la gouvernance de ces ressources. La gouvernance revient à la communauté.

Le type d’éléments que la LSC peut héberger sont :

  • Des noms de domaine
  • Un hébergement serveur ou application web
  • Un dépôt de marque
  • Un contrat (ex: serveur informatique)
  • Un compte numéraire (de l’argent) (en cours de réflexion sur ce sujet)


La LSC-L1 porte ce nom pour “Lille 1”, du nom de l’endroit où elle a été créée, l’idée étant de dupliquer ce fonctionnement dans d’autres territoires. Mais dans les faits, il semble que pour le moment les activités se rattachent à elle sur le plan national.


Communication interne & gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

Les outils


Les membres du collège (sorte de conseil constitutionnel, il n’a pas de pouvoir autre que celui de protéger la raison d’être de la LSC) : Bernard Brunet, Florence Devouard, Christian Mahieu, Michel Briand.

Les membres de l’association (ils décident en démocratie directe de l’avenir de la LSC-L1 mais ne peuvent pas modifier la raison d’être de la LSC-L1 qui est de protéger les ressources au profit des communs qui les déposent dans la LSC) : voir https://www.loomio.org/g/5ZLTystl/memberships


Dans les faits, qui fait quoi ?

Force est de constater que les outils mis en place pour assurer une gouvernance collective (Loomio, liste de discussion, chat) sont très peu utilisés à ce jour. Quatre personnes sont particulièrement impliquées dans le fonctionnement de l’association :

  • Christian Mahieu est le responsable officiel du compte bancaire
  • Simon Sarazin est le responsable principal de l’infrastructure technique
  • Maïa Dereva et Julien Lecaille assurent la coordination générale


Dans les faits donc, ces quatre personnes communiquent régulièrement pour prendre des décisions (par exemple pour protéger un nom de domaine ou payer une facture).


L'association a donc 4 membres du collège, 15 membres inscrits, dont 4 membres impliqués activement dans la gestion


Communication externe[modifier | modifier le wikicode]

Site internet : http://legalserviceforcommons.initiative.place/ (alias : http://legal.lescommuns.org)


Le collectif Point Communs[modifier | modifier le wikicode]

Logo-collectif-point-communs.png

Histoire et objectifs[modifier | modifier le wikicode]

Le collectif est un acteur de l’économie des Biens Communs. Il s’est formé spontanément au printemps 2016 autour de la création du portail http://lescommuns.org/ suite à une conversation sur la liste de diffusion "Echanges".

Il s'est ensuite donné pour objet d'œuvrer au développement des communs en assurant la gestion de noms de domaines, la mise à disposition et la maintenance d'infrastructures techniques et contenus de sites en lien avec les communs. Les contenus développés en lien avec ces noms de domaines doivent permettre aux Communs d’être (re)connus et à leurs communautés de s’organiser.


Communication interne & gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

Les outils

Les membres : le collectif est ouvert à toute personne qui contribue concrètement à la mise en place et au bon fonctionnement des outils.


Dans les faits, qui fait quoi ?

Les contributions se font au gré des disponibilités de chacun⋅e, mais on peut identifier les participations majeures suivantes :

  • Administration système : Benjamin Danon
  • Développements : Numahell, Pierre Trendel
  • Graphisme : Fanny, Manu
  • Rédaction des contenus : Romain, Numahell, Maïa, Fanny
  • Infrastructures techniques : Simon Sarazin, Steven (Iunctis), Timothée Gosselin, Marc (Toulouse)
  • Webmastering & coordination : Maïa Dereva, Julien Lecaille


Les échanges se font à la fois sur la liste de discussion (pour les points d’information), sur le chat, et par e-mail ou via Facebook entre les personnes concernées en fonction des besoins.


Le collectif comprend donc 12 membres dont 9 membres actuellement actifs

Communication externe[modifier | modifier le wikicode]

Site internet : http://point-communs.initiative.place/


Les Communs d’Abord[modifier | modifier le wikicode]

Histoire et objectifs[modifier | modifier le wikicode]

Les Communs d’abord est un média web indépendant ayant pour but de donner une visibilité aux multiples initiatives, publications et débats liés au mouvement des Communs.

Le 12 mai 2016, l’association VECAM organisait une rencontre intitulée « Soirée reboot VECAM » afin de réfléchir à son avenir. A cette occasion, elle a invité des contributeurs et contributrices aux communs extérieur.e.s à l’association afin d’enrichir sa réflexion. Parmi les ateliers proposés, l’un s’intitulait « De quoi les communs ont-ils besoin ? »

C’est au cours de cet atelier que l’idée d’un média dédié aux communs a émergé. Suite à cet élan contributif s‘est formé un un collectif ouvert de personnes motivées venues de divers horizons (Collectif SavoirsCom1, Collectif Lyon en Communs, Assemblée des Communs de Lille, Collectif Point Communs,…). De l’idée à la réalisation, plusieurs mois se sont écoulés, jusqu’à la sortie officielle du blog en janvier 2017.


Communication interne & gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

Les outils


Les membres : le collectif est ouvert à toute personne qui souhaite contribuer concrètement à la saisie d’articles dans le blog.


Dans les faits, qui fait quoi ?

  • Le site a été créé et est maintenu techniquement par le collectif Point Communs (Numahell, Pierre, Fanny, Maïa). Une fois l’infrastructure en place, un collectif différent a pris le relais pour les contenus, essentiellement poussé par des membres du collectif SavoirsCom1.
  • La saisie des articles et la création de la newsletter ont été longuement assurées par Lionel Maurel. Il est aujourd’hui soutenu par des contributeurs/contributrices qui prennent le relais chaque mois (voir le guide et le planning) : Romain, Sylvia, Nicolas, Bernard, Julien,...


Communication externe[modifier | modifier le wikicode]


Les posts du blog sont automatiquement publiés sur Mastodon (grâce à un plugin WP), et sur Facebook et Twitter (grâce à une app Zapier qui récupère le flux RSS).


Les Communs d'Abord c'est donc 6 membres actifs, 655 articles publiés, 1 newsletter chaque semaine, et 1960 abonnés tous medias confondus


Bilan technique[modifier | modifier le wikicode]


Infrastructure[modifier | modifier le wikicode]

Serveurs et prestataires[modifier | modifier le wikicode]

La LSC-L1 loue un serveur chez Online et utilise plusieurs prestataires pour héberger ses outils :

  • Gandi (noms de domaines)
  • OVH (noms de domaine)
  • DigitalOcean (forum des communs)
  • IndieHosters (chat des communs et vidéos des communs)
  • Infomaniak (système d’authentification Keycloak).


Pourquoi autant de prestataires différents ? Parce que le collectif fonctionne à partir des élans contributifs et des compétences de chacun⋅e. Il n'y a pas de prise de décision centralisée, et chaque personne qui souhaite apporter son aide le fait avec ses propres outils. A terme, nous discutons néanmoins d'une mutualisation de certains outils sur un ou deux serveurs seulement.

Sauvegardes[modifier | modifier le wikicode]

Chez Online, il y a une sauvegarde des bases de données MySQL chaque nuit à 1h37 et une sauvegarde des fichiers effectuée chaque nuit vers 2h30.

Chez DigitalOcean, le forum des communs est sauvegardé manuellement chaque semaine par son administrateur.

Chez IndieHosters, le chat des communs et l’instance Peertube sont sauvegardés une fois par nuit.

Chez Infomaniak, une sauvegarde incrémentale est effectuée chaque nuit localement + une copie envoyée à Backblaze.

Accès[modifier | modifier le wikicode]

  • aux comptes Gandi et OVH où sont stockés les noms de domaine : Simon, Pierre, Maïa
  • au serveur Online (accès complet) : Benjamin, Simon, Pierre
  • au serveur Online (accès partiel) : Yannick (Fluidlog)
  • au serveur Online (accès FTP restreint à la ferme de blogs) : Maïa
  • au serveur DigitalOcean : Steven (Iunctis)
  • au Liberapay : Simon, Maïa
  • à la ferme de blogs en tant que super-administrateur : Benjamin, Pierre, Maïa, Florent Benameur, Franck (Opteos), Richard Paw, Silvère Mercier
  • au serveur IndieHosters : Tim
  • au serveur Infomaniak : Marc

Noms de domaine[modifier | modifier le wikicode]

La LSC-L1 protège à ce jour 16 noms de domaine :

6 chez OVH


10 chez Gandi


Hébergement[modifier | modifier le wikicode]

Ferme de blogs[modifier | modifier le wikicode]

La LSC-L1 héberge une ferme de blogs Wordpress chez OVH qui contient 31 sites actifs :

29 sites de communs


et 2 sites de commoners


Pour demander l'ouverture d'un site, il suffit de contacter le collectif à question@lescommuns.org. Vous avez ensuite la main sur son contenu (mais pas sur les plugins et les thèmes qui sont gérés de manière centralisée : nous vous les installons sur demande).


Wikis[modifier | modifier le wikicode]

La LSC-L1 héberge 3 Mediawikis sur le serveur Online :


Site Communauté en charge de ce site (contenus)
http://wiki.lescommuns.org/ Collectif Point Communs
http://wiki.lafabriquedesmobilites.fr/ La Fabrique des mobilités
http://documentation.opteos.fr/ Optéos

Autres outils[modifier | modifier le wikicode]

La LSC-L1 héberge 11 sites/outils :

Site Techno Hébergeur Communauté / personne en charge de ce site

(infrastructure)

http://encommuns.org angularjs Online Simon Sarrazin (Lille)
http://data.patapouf.org API en django Online Simon Sarrazin (Lille)
http://initiative.place Wordpress multisite OVH Collectif Point Communs
http://communs.lafabriquedesmobilites.fr angularjs Online Simon Sarrazin (Lille)
http://fluidlog.initiative.place HTML5 Online Yannick Duthe (Le Mans)
http://carto.initiative.place HTML5 Online Yannick Duthe (Le Mans)
https://forum.lescommuns.org Discourse DigitalOcean Collectif Point Communs
https://chat.lescommuns.org RocketChat Indie Hosters Pierre Ozoux / Timothée Gosselin
https://videos.lescommuns.org Peertube Indie Hosters Timothée Gosselin (Lyon)
https://login.lescommuns.org:8443 Keycloak Infomaniak Marc (Toulouse)
https://hackmd.lescommuns.org
HakcMD Infomaniak
Marc (Toulouse)


Services[modifier | modifier le wikicode]

Les-communs-transparent.png

Pour mémoire, tous les commoners sont les bienvenus pour contribuer au bon fonctionnement de ces services, tant sur le plan technique que sur celui des contenus. Il suffit d’écrire à question@lescommuns.org (adresse du collectif Point Communs).


Portail[modifier | modifier le wikicode]

http://lescommuns.org/

Site wordpress, contenus rédigés collectivement lors de la mise en place, mis à jour essentiellement par Maïa Dereva pour l'instant.

Environ 150 visites / 550 pages vues par mois.


Blog[modifier | modifier le wikicode]

http://www.les-communs-dabord.org/

Site wordpress, mis à jour par une équipe de contributeurs/contributrices qui prennent le relais chaque mois (voir le guide et le planning).

Environ 2000 visites par mois.

62 newsletters envoyées.

369 abonnés.


Wiki[modifier | modifier le wikicode]

http://wiki.lescommuns.org

MediaWiki, maintenu sur le plan technique par Simon Sarazin, et jardiné sur le plan des contenus par Julien Lecaille et Maïa Dereva.

345 pages. 25 612 modifications de pages depuis l’installation du wiki.

Une centaine d’utilisateurs inscrits.


Chat[modifier | modifier le wikicode]

https://chat.lescommuns.org/

RocketChat, maintenu sur le plan technique par Indie Hosters (Pierre Ozoux et Timothée Gosselin), administré par plusieurs commoners (Tibor Katelbach, Simon Sarazin, Johan Richer, Amaury VanEspen, Draft, Tom).

426 utilisateurs inscrits.


Forum[modifier | modifier le wikicode]

https://forum.lescommuns.org/

Discourse, maintenu sur le plan technique par Steven (Iunctis), et administré et modéré par plusieurs commoners (Julien Lecaille, Maïa Dereva, Silvère Mercier, Lionel Maurel, Sylvia Fredriksson, Numahell, Pierre Boutoux, Hélène Mulot).

270 sujets ouverts, 365 utilisateurs. Environ 6300 pages vues par mois.

Le forum contient un espace privé dédié au collectif SavoirsCom1. Il est possible d’ouvrir d’autres espaces du même type aux communs qui en font la demande (question@lescommuns.org).


Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

https://videos.lescommuns.org

Instance Peertube (équivalent décentralisé de Youtube), maintenu sur le plan technique par Indie Hosters (Timothée Gosselin). En cours d’installation et de débogage (car il s'agit d'une version beta). Vous pouvez néanmoins d'ores et déjà vous créer un compte et y verser vos vidéos. Voir le canal de chat dédié et la charte en cours de rédaction.


Login[modifier | modifier le wikicode]

https://login.lescommuns.org

Keycloak, maintenu par Marc (Toulouse).

Grâce à cet outil, avec le même compte, tout comme avec un compte Google ou Facebook, on peut se connecter à des applications web variées, mais avec un outil libre qui garantit la non utilisation ou revente des données personnelles.

Documentation technique : https://wiki.communecter.org/en/keycloak-_-configuration.html

A ce jour, les sites utilisant ce service sont :

  • plateforme du Printemps de l'Éducation
  • future plateforme de l'UdN
  • Resiway
  • Près de chez nous
  • bientôt Communecter
  • peut-être bientôt 36 photos (Révolution du sourire)


Vous pouvez contacter @marc_toulouse directement sur le canal de chat dédié à la "synergie numérique".


PADs (HackMD)[modifier | modifier le wikicode]

https://hackmd.lescommuns.org/

Docker (sorte de machine virtuelle qui permet de déployer des applications plus facilement) installé sur le même serveur que Keycloak (Infomaniak). Permet d'éditer des PADs en langage markdown.

Documentation technique : https://wiki.communecter.org/en/hackmd-_-configuration.html

Pour le moment, le service est proposé dans une version brute par défaut. A améliorer avant diffusion (page d'aide, logo, contact en cas de soucis, etc..)


La LSC-L1 c'est donc 16 noms de domaine protégés, 31 blogs + 6 outils hébergés, 3 wikis, 12 services actifs



Bilan financier[modifier | modifier le wikicode]

Voir détails : https://docs.google.com/spreadsheets/d/16e82fmGzApt707EbWgTvJ_UstFLv6aMxlv0oe0dKPuw/edit?usp=sharing


Ont accès au compte bancaire : Christian Mahieu, Simon Sarazin, Maïa Dereva


Solde du compte bancaire au 17/04/2018 : 102,00 €

Solde du compte Liberapay au 28/04/2018 : 66,04 €

TOTAL trésorerie disponible : 168,04 €


Ressources de l’association[modifier | modifier le wikicode]

Du 03/02/2017 au 17/04/2018


Don mensuel HelloAsso : 10 €     TOTAL : 80€

Dons hebdomadaires Liberapay  TOTAL : 548,25€

Dons ponctuels HelloAsso           TOTAL : 50€


TOTAL : 678,25€

Dépenses de l’association[modifier | modifier le wikicode]

Du 03/02/2017 au 17/04/2018


Location mensuelle serveur Online : 28,76€                                TOTAL : 431,40€

Accès internet au compte bancaire (mensuel) : 6,64€                 TOTAL : 39,68€

Noms de domaine Gandi                                                             TOTAL : 50,00€

Noms de domaine OVH                                                               TOTAL : 55,17€


TOTAL : 576,26€


L’association dispose donc d’à peine 3 mois d’avance de frais pour la location des serveurs, et d’une marge de manoeuvre limitée au réglement de 2 noms de domaine.


Budget prévisionnel[modifier | modifier le wikicode]

D’autres dépenses sont actuellement prises en charge par d’autres structures mais devraient, à terme, entrer dans le budget de la LSC-L1 :

  • Benjamin Danon, administrateur système, est chargé de la maintenance du serveur Online. Il reçoit 500€ par an actuellement payés par l'association ANIS de Lille. L'objectif est de passer à un don officiel de l'association ANIS vers la LSC-L1 et de rétribuer Benjamin via la LSC-L1.
  • Steven (Iunctis), en plus d’avoir installé et d’administrer bénévolement le forum des communs, il a fait l’avance de 95€ pour le serveur Digital Ocean. Nous attendons qu’il dispose d’un numéro d’auto-entrepreneur pour le rétribuer. Le serveur coûte 12€ / mois, actuellement pris en charge par Julien Lecaille (faute de carte bleue au nom de la LSC-L1). L'association lui doit déjà 65 €. A terme, le projet est de déplacer le forum chez Indie Hosters. 75€ par an sont à prévoir, ainsi que 60€ par an pour le travail de maintenance technique de Steven (soit 120 € pour 2017 et 2018).
  • L’abonnement du chat Rocket Chat a été pris en charge par Communecter l’an dernier. 75€ par an sont à prévoir.
  • Pour le moment l’instance Peertube est offerte par IndieHosters. 75€ par an sont à prévoir.
  • Pour le moment le serveur Infomaniak est offert (sous réserve d'afficher leur logo). Le coût normal est de 30€ / mois


DEPENSES



RESSOURCES


Location Serveur Online €350,00
Dons mensuels HelloAsso €120,00
Noms de domaine OVH & Gandi €120,00
Dons ponctuels HelloAsso €185,00
Forum des communs Indie Hosters €75,00
Dons hebdomadaires Liberapay €550,00
Chat des communs Indie Hosters €75,00
Dons annuels La Myne, ANIS, etc...? €1 000,00
Vidéos des communs Indie Hosters €75,00



Login des communs Infomaniak €360,00



Administration système Benjamin Danon €500,00



Administration forum Iunctis €60,00



Forum des communs (dette) Iunctis & Julien Lecaille €160,00



Accès internet au compte bancaire Crédit Mutuel €80,00



TOTAL

€1 855,00

TOTAL

€1 855,00


Compte-tenu des dépenses prévues, une campagne de sensibilisation pour augmenter les recettes d'environ 1135 € est indispensable. Il serait notamment souhaitable de :

  • faire appel aux communs qui ont un usage direct des outils (Fabrique des mobilités, Optéos, Assemblées des communs, PWA, SavoirsCom1,...)
  • sensibiliser les collectifs qui bénéficient de la ferme de blogs (leur proposer un don libre à partir de 2€ par an par exemple)
  • sensibiliser de manière générale les gros acteurs des communs (ANIS, La Myne, Vecam, Remix The Commons,...)
  • solliciter une subvention ? (auprès de qui ?)

Bilan sensible[modifier | modifier le wikicode]

Les personnes volontaires pour s’exprimer à propos de l’association et/ou des outils mis à disposition partagent leurs ressentis (positifs ou négatifs), leurs questions, leurs doutes :


@Maïa : je suis très enthousiaste de constater qu'après deux années de fonctionnement collectif basé sur des contributions spontanées, on arrive à un panel aussi impressionnant de services fonctionnels. Bien entendu, je m'inquiète également de la pérennité (technique et financière) de l'ensemble, mais j'ai bon espoir que nous avancions vers un fonctionnement mieux mutualisé et mieux organisé avec les communs/commoners de tout le territoire.

Il me semble important de préciser et de faire savoir que l'association LSC-L1 et le collectif Point Communs ne revendiquent pas de représenter ou d'institutionnaliser le mouvement des communs, ni d'avoir la main sur les contenus des outils mis à disposition.

L'objectif du collectif est de mettre à disposition des outils techniques (et je crois qu'il le fait assez bien jusqu'à maintenant).

Mais ce que nous souhaitons c'est que chaque outil puisse être pris en main par une communauté. C'est déjà le cas pour le blog Les Communs D'Abord ou pour le forum, qui sont aujourd'hui autonomes dans leur gouvernance (même si celle-ci est très légère et ne semble pas poser de problèmes/conflits particuliers). Et si ça ne l'est pas encore pour le portail ou d'autres outils, c'est simplement parce personne n'a semblé y trouver intérêt à ce jour.

Maintenant je vais donc m'attacher à mieux faire connaître les outils et à tenter de mobiliser des communautés autour de chacun d'entre eux afin d'aller vers une pérennisation. On doit pouvoir également acter sereinement le fait que certains outils ne servent pas ou plus le cas échéant.

Je précise également que j'ai quitté le collège de l'association LSC-L1 dans le courant de l'année 2017. En effet, dans la mesure où je contribue au fonctionnement pratique de l'association et des collectifs qui y sont liés, il m'a semblé plus cohérent de quitter cette place de "garante" et d'oeuvrer concrètement à la gestion de l'association afin que les membres du collège puissent constater que celle-ci est correctement faite.


@Julien : le travail accompli est phénoménal, et très utile.

J'ai une déception personnelle quand au forum, force est de constater que Facebook reste un outil plus puissant et plus convivial pour la gestion des communautés, même si un forum libre et ouvert reste indispensable à terme (mais nécessite sans doute une communauté plus consciente). A contrario, le forum a été pleinement approprié par (le collectif puis association) SavoirsCom1 & il a peut être une vocation d'hébergement de communautés à la recherche d'un forum. Problème : cela génère de la donnée fermée.

La curation "par rotation" dans les Communs d'Abord a été je pense un moment de maturation et de changement d'échelle du projet, qui avait à ce moment le choix entre "grandir ou mourir".

Je reste très critique quand à l'extension de la mission de la LSC-L1 sur la gestion de services plutôt que la protection des ressources. C'est de mon point de vue une incohérence par rapport au projet initial, qui génère un décalage entre la gouvernance formelle et la gestion réelle; et met en péril les fonctions "de base" (payer les noms de domaines en temps et en heure, par exemple).

Pour ma part je n'ai participé ni à la soirée "Reboot VECAM" ni aux premières heures du collectif Point Communs, mais l'absence de lien contributif fort entre l'association VECAM et le collectif Point Communs me semble un point faible dans le mouvement des communs (sans que je n'aie d'idée précise sur comment mieux faire les réciprocités)

Il y a aussi une nécessité de jardinage/compostage régulier, certaines ressources n'étant plus actives [ex : http://clubnature-lm.initiative.place ] . Il y a une tendance à ouvrir sans fermer, gare à la "tragédie des communs" qui rôde.

Et sinon c'est toujours étrange d'être "désigné comme" coordinateur juste par qualification de mes contributions sans avoir jamais ni sollicité ni accepté un "rôle" de coordination :)


@Bernard : Conquis par le concept dès le début, j'ai accepté de faire parte du conseil tout en sachant que je ne serais pas force de proposition.

J'ai néanmoins suivi l'activité et donné mon avis sur Loomio chaque fois qu'une question a été posée. Je trouve que le bilan est remarquable.


Perspectives[modifier | modifier le wikicode]

Organisation[modifier | modifier le wikicode]

Comme on le constate à travers ce bilan, avec la mise en place de très nombreux outils numériques via le collectif Point Communs, l’association propose au final des services beaucoup plus étendus que ce qui a été pensé dans sa vocation initiale.

Une des idées qui est régulièrement proposée est donc de créer une structure supplémentaire différente de la LSC-L1 pour se mettre en cohérence avec la réalité des pratiques et séparer :

  • les activités de protection juridique (marques, noms de domaine,...)
  • les activités d’agence web des communs


Néamoins, une autre approche se dessine avec l'arrivée de Tim (Indie Hosters). On pourrait confier une partie des services à Indie Hosters qui jouerait ce rôle "d'agence web des communs".  Dans les objectifs initiaux de la LSC-L1, il y avait aussi de fournir un appui logistique (compte en banque pour les collectif informels par exemple). On pourrait donc conserver cette organisation, avec le collectif Point Communs comme lieu de rencontre technique des différents contributeurs, et la LSC-L1 comme structure sur laquelle le collectif s'appuie pour les aspects financiers. Le tout est que ça reste bien documenté et transparent, de manière à bien identifier/séparer les opérations financières liées à ce collectif.

A noter également qu'un grand nombre de tâches transversales incombent aujourd'hui à une seule personne (Maïa Dereva). Afin de tenir compte de la pérennité et d'une certaine compostabilité de l'édifice, une liste de tâches complète indiquant leur degré de criticité sera établie.


Technique[modifier | modifier le wikicode]

Le collectif Point Communs continue d’avoir des idées de services à proposer, notamment :


Afin de garantir au mieux la pérennité des services, il serait souhaitable que :

  • la documentation technique soit améliorée, 
  • les processus simplifiés lorsque c'est possible (par exemple migration du forum des communs chez Indie Hosters),
  • des contributeurs compétents rejoignent les projets (par exemple pour assurer la maintenance du wiki ou de la ferme de blogs Wordpress)

Financement[modifier | modifier le wikicode]

À ce jour, la pérennité financière des services proposés n’est pas assurée. Vu le nombre croissant d’outils utilisés par un nombre lui aussi croissant de commoners, il serait souhaitable :

  • d’associer de “grands” communs à la réflexion : Remix The Commons, La Myne, Movilab, Coop des communs, Coexiscience, etc… (les contributeurs de La Myne semblent plutôt favorables à une mutualisation des outils et des coûts, à confirmer).
  • de faire une ou des campagnes de communication à destinations des commoners afin de les sensibiliser à l’existence de ces outils et leur proposer de contribuer financièrement.

Pour que ces campagnes soient efficaces, il est souhaitable de clarifier les flux financiers : actuellement les sites proposent un lien vers le Liberapay du collectif Poit Communs, ce qui n'est peut-être ni très clair ni très rassutant (cet outil étant peu connu du grand public).


Gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

De manière générale, l’ensemble des activités décrites dans le présent bilan se font sur un mode stigmergique (chacun⋅e met en oeuvre les actions qui lui semblent nécessaires sans recueillir un consensus mais en veillant à annoncer ce qui va être fait et à le documenter soigneusement). Si ce fonctionnement convient aux techniciens, habitués aux pratiques du logiciel libre, il peut néanmoins constituer une “nébuleuse” un peu opaque pour les autres personnes qui souhaitent contribuer.

Il serait donc souhaitable :

  • de créer des outils de communication simples à partir du présent bilan afin de mieux informer les commoners de ce qui existe et de comment contribuer (notamment un article de synthèse grand public pour présenter les collectifs et les outils) ;
  • associer plus de commoners à la gouvernance des outils (wiki, forum, vidéos,...) grâce à cette sensibilisation.


Par ailleurs, les statuts de l'association LSC-L1 ont été rédigé très vite de manière à faciliter le démarrage du projet. Ils comportent néanmoins des incohérences (notamment avec la charte) qui pourraient nuire au bon fonctionnement de l'association sur le long terme. Il serait donc souhaitable qu'une équipe de personnes motivées se penchent sur le sujet pour produire des textes plus robustes.


Contributions extérieures[modifier | modifier le wikicode]

Les contributions de personnes non impliquées dans le(s) projet(s) mais qui souhaitent s'exprimer :

@Cristalo : à gouvernance, qui n'a pas lieu d'être dans un commun sans en détruire la nature/l'essence même, je préfére gestion participative à minima, éconologie pour être exact et inclusif.  Parler d'ADN des communs me parait, comme stigmergie, certes des biomimétismes, mais on devrait être capable avec les outils sur lesquels on travaille de faire mieux et plus beau et surtout plus utile et valorisable (valeur : ce qui est utile et partageable)