ROUMICS 2017 - Ils vivent de la contribution

De Wiki des communs

Comment les communautés et les collectifs s’organisent pour se répartir l’argent ? Échanges autour des outils et enjeux actuels. Liberapay , pour gérer des micro-dons récurrents, avec Changaco L’école Flottante, éducation populaire ouverte Co-budget, allouer des budgets dans le cadre d’un projet collaboratif, avec Francesca Pick Kpa-cité, découvrir l’entrepreneuriat en mode “coopérative de jeunes”

Liberapay (présenté par Changaco): plateforme de gestion de dons récurrents, à vocation internationale https://liberapay.com/ répartition libre : choix des parts par personne. Chaque semaine, chacun prend la part qu'il considère comme à hauteur de ce qu'il a fait En contribuant à plusieurs espaces et à plusieurs projets, on choisit à posteriori la part correspondant à son investissement personnel (phénomène de compensation lorsque l'on participe à plusieurs projets) transparence des contributions des participants

Plateforme open source dons pair à pair.

Rémunération libre (take what you want) : chacun choisi sa part des revenus. Premier modèle sous cette logique capable de garder la dynamique contributive sans mettre en place une mécanique différente.

En privé on peut masquer combien on paye ou on reçoit, mais à l’intérieur des équipes il faut être transparent.

Francesca Pick : collaborative finance et cobudget (process de budget collaboratif) concept de "bucket" : liste de projets à financer, avec une monnaie virtuelle En quoi cela aide les organisations ? gouvernance plus collaborative, allocation des ressources d'un budget Ouishare : distribution de bénéfice, alloué à des projets pour l'année suivante

On a testé plusieurs outils et modes de rémunération. Une des choses clé est comment faire des stratégies collectivement. Comment on fait de la gouvernance collective. Cet outil ne le résout pas. Chez Ouishare on a traité 3 usages :

- Réunion annuelle où on ad des coûts fixes (pour la transparence, on montre qui a financé quoi)

-Bénéfices du Ouishare Fest distribué en 20 personnes avec projets pour le prochain

-Ceux qui gagnent de l’argent à partir du commun versent une partie et cherchent où l’allouer.

La transparence est interne. Certains groupes pensent à rendre tout publique. Mais c’est un choix.

Wikimedia France Mutualisation de ressources : plateforme, ranking, collecte d'argent dans un pot commun (demande de subventions par pays) Aucun wikipédien n'est payé par l'organisation Deux moyens : subventions | collectes, dissociées de la partie éditoriale communautaire "ce sont les américains qui financent wikipédia et les européens qui le consultent" La communauté Wikipedia a expérimenté l'utilisation d'une monnaie virtuelle, la WikiMoney, mais finalement abandonné car inadéquat (@openizer - Twitter)

Présentation de la page "être contributeur-trice, c'est quoi?"

Personne n’est rémunéré pour rédiger du contenu. Il y a une galaxie d’une dixaine de sites web : wikisource, wikinews, wikidata, wikivoyage, etc.

Les associations font demandes transparentes de subventions et une commission de wikipédistes décide comment le répartir. On a le listing et on peut même télécharger les données de qui a donné.

L’idée est de dissocier les rôles de collecte d’argent et de ligne éditoriale. C’est pour ça que la communauté a rejeté la publicité comme mode de financement. Pareil pour les donations de fondations.

KAP-cité (je n'arrive pas à importer une photo de leur flyer alors je le recopie >>> C'est quoi ? Vous avez envie de découvrir de nouveaux univers et participer à la création d'une petite entreprise pendant l'été ou même pendant le reste de l'année ? Ce projet est fait pour vous ! Ca se passe comment ? Une équipe sera là pour vous accompagner dans le développement d'une activité permettant d'avoir une petite rémunération autour de vos envies. Des missions sont déjà possibles aujourd'hui et vous attendent pour être réalisées. Pour faire quoi ? Tout est possible ! Créer et designer des objets et accessoires, développer une marque de vêtements, imaginer des activités autour de la musique et de la danse, fabriquer et rénover des meubles, se former aux imprimantes 3D, bricoler, jardiner, cuisiner, échanger, réparer, inventer... Bref, explorer tous les domaines qui vous intéressent ! Infos et inscriptions : libre, gratuite et ouverte à tout le monde à partir de 16 ans. Le projet commencera officiellement début juillet mais de petites actions sont déjà possibles dès maintenant. Vous êtes intéressé.e.s ou vous avez des questions ? contact.kparoubaix@framalistes.org / 0374094794

BP global ramené à 16 mois avec un budget à la semaine, accompagnement nouveaux KPA, élaboration site internet, navigation à vue. La KAP : KPA Roubaix : budget dédié à l'animation du KPAcité à Roubaix. Aujourd'hui argent virtuel, le jour où ils toucheront l'argent, ils se rémunéreront. Déficit certaines semaines (vacances scolaires).

Pourquoi ne pas travailler pour temps pour telle mission ? Projet nouveaux dont on ne sait ce dont ils auront besoin => fluidité, ne pas inventer des besoins, tendre vers l'autonomie ! + liberté de navigation dans différents projets.

Questions juridiques/légales Un jeune qui rejoint KPAcité, quel contrat a-t-il ? Tous le même contrat CAPE, accompagnateur et accompagné, statut d'entrepreneur-salarié. Cobudget : différents cas selon les pays. Plus facile/flexible en Nouvelle Zélande par exemple o s'est développé EnSpiral Liberapay : les éléments sont de la responsabilité des contributeurs, LiberaPay ne fait qu'intermédiaire.

Besoin d'un droit du commun. "Où sont les juristes pour l'économie des communs ?" M.BAUWENS 25000 nomades digitaux à ?, invisibles donc ne peuvent payer des taxes. Pas de cadre fiscal pour trouver des solutions...

Comment se réapproprier de la culture du numérique pour des projets concrets.

Kpa-cité : mix entre tiers lieu et marque/coopérative ouverte. Statut CAE avec contrat CAPE ;

Un lieu de travail, une boutique, un café. Un outil pour avoir un peu de rémunération. On a testé des tarifs horaires en fonction des contraintes et responsabilités impliquées pour redistribuer l’argent des subventions demandées. Les personnes décident chaque semaine la valeur de leurs contributions. On ne décide pas en amont car ce sont des projets nouveaux. On a besoin de flexibilité et de répondre aux besoins, mais aussi de naviguer entre des différents projets et sortir de la mono-tâche.

On est tous avec le même contrat avec un statut de CAE.

On devrait sensibiliser les pouvoirs publics : on contribue aux communs et on pourrait peut-être payer moins de charges, car ça nous coûte cher d’avoir une CAE.