48h de la contribution/Notes

De Wiki des communs

Règles pour la prise de note

Un soucieux de la prise de note a un bonnet. Il vérifie que les notes soient bien prises et si plus personne ne prend note, c'est lui qui vient à la rescousse ! Des qu'il en a marre, il refile le bonnet. On prend les notes en wikicode pour pouvoir retranscrire sur le wiki facilement

Présent-e-s[modifier | modifier le wikicode]

  • Rémi
    • Il a toujours travaillé de manière collaborative et ouverte. Il est entré dans le milieu associatif via une association de jeux. Puis, en service civique avec livincoop. Va rentrer sans doute en CDD.
    • Actuellement présent sur la réappropriation de la friche pour en faire un commun, la monnaie libre sur Lille, la création d'une CJS sur Lille Sud, la création d'un espace de discussion politique sur les places publiques (à la suite du mouvement Nuit Debout) et plus généralement sur la création d'une réelle démocratie locale et l'ouverture des collectifs et projets pour que chacun puisse collaborer.
    • Volonté de créer du lien entre tous les mouvements alternatifs pour que chacun puisse facilement contribuer là où il veut.
  • Virginie
    • Arrivée sur les communs avec les monnaies libres. Compétences juridiques autour du droit du contrat.
  • Cyril
    • Principal lien avec les communs : Open Source Ecologie et Lille Makers (ROUMICS 2015)
    • Investi sur le groupe des citoyens qui suit le projet de monnaie locale de la MEL (différent de celui de monnaie libre). Objectif : se former sur le sujet pour faire valoir notre voix de citoyen quand le débat sera ouvert.
    • Vient de signer sa rupture conventionnelle. Indépendant en conception mécanique, formation à la modélisation 3D, accompagnement à la fabrication numérique.
  • Simon
    • Arrivée sur la question des communs via la question de la musique (plateformes de musique libre). L'extension aux communs se fait petit à petit : wiki, coworking
  • Christian D
    • arrivé dans les communs "par accident". 15 ans d'expérience de la petite entreprise. Intérêt pour Stiegler. Aujourd'hui pas mal dans les communs (entrepreneur salarié dans une CAE, marque ouverte Comme Une Idée !). Exemple : suivi de gestion du projet de mise en place d'une carto Communecter
  • Marion
    • Est arrivée dans les communs via l'ESS. A assisté à une conférence de Christian Laval = première sensibilisation aux communs. Plusieurs projets : Panier Rusé, Catalyst,...

A fait du droit. Aujourd'hui formation à la médecine chinoise (la santé comme commun). Outils pour prendre soin de soi sans quoi on ne peut pas fonctionner avec les autres.

    • On vit un "déformatage" : confiance, bienveillance a priori, etc. on ne nous a jamais enseigné cela et c'est ce que l'on retrouve dans Les Communs.
  • Yann
    • J'ai une pratique de quelque chose de "commun" qui remonte à loin. A été apprenti moine dans un monastère.
    • Il y a bien des communs qui existent : quand les gens sont réunis autour de certaies valeurs ça tient la route, mais question de la gouvernance. Souvent, très pyramidal, "cadenassé par le haut". Pratiques alternatives.
    • A eu l'occasion de transformer une entreprise : on a réussi cette transformation parce qu'on a utilisé une méthodologie de coopération, mais sitôt la transition effectuée, les anciens schémas ont repris la place.
    • Pas de réticence par rapport aux flux financiers. Si on change le mode de gouvernance, l'argent n'a plus la même coloration.
    • Il y a plein de gens qui sont OK avec la notion de commun sauf qu'ils ne savent pas. Il se pose la question du comment amener ses gens à travailler avec cette notion de commun
    • Expert facebook : fait des campagnes qui fonctionnent
  • Claire
    • Géographe
    • Comment on va se mettre à faire des trucs sans intérêt financier derrière ? Ou seulement par conviction. Travail beaucoup sur la notion de bénévolat.
    • A fait des sciences polittiques et a étudié les grandes randonnées. Les randonneurs qui ont une gestion économique différente des cours de science po.
    • Gestion des grands espaces de nature (parc national) : sans bénévoles, la gestion est trop compliquée. Problématiques spécifiques :
      • Animaux sauvages
      • Vandalisme
      • Pour une géographe : cartographies impossibles (par exemple la qualité de l'air)
    • Va travailler sur la mobilité à Loos en Gohelle : Citoyens presque fatigués de participer à la collectivité. Explication par le FN comme quoi il faut pas participer au travail de la mairie. Terrain glissant.
    • Benevolat dans la recherche
    • Tente d'utiliser les approches "alternatives" avec son activité d'enseignement. Comment préparer les nouvelles générations à cette approche en les libérant des "contraintes" dans lesquelles ils ont été mis. Difficulté à réaliser les conditions.
  • Christian :
    • A voulu faire de la recherche mais est passé par une structure privée, plutôt que de la faire dans l'Université, puis est passé au CNRS.(ça lui a permis de garder une grande liberté vs l'Université). Le fait d'être sur une science sociale lui a permis d'être très indépendant des problématiques des projets en science dures (ex. machines qui sont l'horizon de certains chercheurs, etc.)
    • Thématiques de sociologie urbaine : façon de fabriquer la ville, les politiques urbaines (y revient ajd avec les friches, etc.)
    • S'est senti bousculé par le mouvement auto-gestionnaire des années 70. A participé à tout ça dans ces années là.
    • 2 choses l'ont amené à travailler là dessus : en tant que sociologue dans un univers d'économistes et de gestionnaires -> 2 expériences clés :
      • travailler pour l'APEC sur la gouvernance des grandes organisation caritatives (ex. Diriger ATD quart-monde, Emmaüs) Leur taille leur impose des fonctions classiques (techniques et management)
      • bagarre "contre l'entrepreneuriat" pour trouver quelque chose de différent dans la création d'activité. ESS : y a touché accidentellement, pour constater que c'est un mélange de choses très différentes : économie sociale compatible avec les schémas capitalistiques classiques, économie sociale ne poussant pas de remise en cause du schéma classique capitalistique (contradictions, effets pervers, "réalisme économique", etc.)
    • A été rattaché à un labo de gestion mais y perçoit qu'il n'a rien à y faire.
    • A reçu un petit financement sur l'entrepreneuriat dans lequel il a rencontré Simon
  • Julien :
    • A toujours eu des problèmes avec la notion de propriété individuelle ("mon cerveau ne fonctionne pas comme ça...quel plaisir en tirent les gens"). Bcp de plaisir dans les actions collectives.
    • Parcours pro s'est situé dans un parti politique, ayant a gérer des notions de concurrence internes/ externes obligeant finalement à faire l'inverse de ce qu'il
    • A gardé un mandat d'élu aux Droits des Femmes
    • Les approches ont été "mangées" par l'approche 3ème révolution industrielle et par le flou des approches autour des communs et ses impacts côté administratif
    • Les communs restent un chapeau pour parler de choses très différentes et pas nécessairement "Les Communs" : ouverture, pratique collaborative, données ouvertes, etc. mais pas la constitution d'un "Commun" en tant que tel. Car en fait le vrai point d'entrée c'est : comment on ouvre, comment on intègre, ce qui est dedans/ dehors, etc.
    • Ajd comment on partage son "carnet d'adresses" personnel (est-ce que ça doit l'être, comment ça peut l'être, est-ce qu'exprimer une relation ne va pas la couper, etc.)...
    • Le gros problème : est-ce que la logique des Communs peut survivre à un jeu de concurrence
    • Est-ce qu'on peut sortir du consensus (qui est très lourd à mettre en oeuvre et consommateur de ressources). Le consensus pourrait être dépassé par un mode différent. Dans beaucoup de cas on "impose" des nouvelles pratiques qu'ils doivent faire. Elles ne viennent pas nécessairement de l'adhésion des gens.


  • Maïa :
    • Est venue aux communs via des épuisements généralisés à plusieurs reprises
    • Ce qui la relie aux communs : interroger les gouvernances partout où elle est allée. Expérience ambiguë d'une coopérative où la transparence était de pure forme et où la gestion trahissait un fonctionnement plus classique. Idem pour le monde associatif où les jeux sont "flous"
    • Intérêt pour le mode stigmergique : ne pas chercher le consensus libère. Certaines méthodes dites "nouvelles" portent elles aussi des limitations importantes.
    • Semeoz.info a été créé pour faire la liste des alternatives constructives, positives, etc. et s'est avéré la porte d'entrée vers les Communs
    • Sujet : comment la gourvernance protège les individus : bienveillance individuelle pour soi-même et pour les autres. Demande une autogestion et peut -être que certaines personnes n'en sont pas capables.
    • La communication non violente (CNV) est facilement une imposture car elle introduit la "bienveillance" de façon violente.
    • La notion de "consentement" est plus libérante que le "consensus". Je pars du principe que : la bienveillance est une notion centrale, et de là naissent en fonction du contexte des procédures de gouvernance différents en fonction du contexte. L'important est que le processus de gestion collective soit satisfaisant. La "démocratie" est historiquement datée et tout l'est (on ne doit donc pas réduire à des formes de démocratie). IL ne faut pas croire qu'il y aura "LA" procédure démocratique. Passer des heures à discuter a un coût.


Code social[modifier | modifier le wikicode]

Il y a plusieurs versions du code social. Dernière version en cours de travail -> 48h de la contribution/Charte des pratiques Objectif rédiger la version 1

L'assemblée des communs de Lille est un commun : sinon, on n'est pas très cohérent Du coup :

  • Quelles ressources ?
  • Quelle communauté ?
  • Quelle(s) gouvernance(s) / règles ? Quel consensus?
    • Se baser sur les pratiques réelles
  • Quelle réciprocité? Les flux de valeurs

Dénomination : Consensus autour de cela. Assemblée de Lille ne signifie uniquement que l'on se retrouve à Lille, pas de rapport avec la zone géographique sur laquelle elle agit

Comme une idée ![modifier | modifier le wikicode]

Qu'est ce que "Comme une idée !" ?[modifier | modifier le wikicode]

C'est une ressource pour les commoners. C'est une marque ouverte qui permet de faire entre autres choses des prestations qui a un rapport avec les communs

Actions[modifier | modifier le wikicode]

  • Vente d'une cartographie autour de Communecter. Permet de faire rentrer des sous dans Communecter. Aurait pu être fait au nom de "Comme une idée !". Marque avec une qualité. Plus un label qu'une marque ! Un peu plus loin qu'une marque.

Lien avec les communs[modifier | modifier le wikicode]

La chambre des communs pourrait être un partenaire économique pour "Comme une idée !"

Les pratiques sociales de l'Assemblée des Communs de Lille[modifier | modifier le wikicode]

Notion de code social devient pratiques sociales pour des questions sémantiques : Les gens ne savent pas que code social ça vient de code source

Renommage : pratiques sociales de l'Assemblée des Communs de Lille

Le but est de faire un document à destination de l'extérieur pour savoir comment on fonctionne

Le document est renommé "Charte des pratiques".

Article 1 : On écrit ce qu'on fait

On a un vrai consensus : on travaille en stigmergie

Changer les manières de faire

Claire : Enseigne différemment à des étudiants scolaires dans le bassin minier

La hiérarchie est claire

Comment on prépare les nouvelles générations à la stigmergie ?

Pierre Thomé "Biens communs et ESS" -> Pratiques de communs issues de la nécessité

Commencer les Communs dans l'action, pas par une charte des valeurs

Dès qu'on parle de "valeur" on parle de ce qu'on aimerait faire/ être en non-pas par ce que l'on fait du coup le décalage éclate au grand jour et il existe nécessairement alors un scission entre les 2 (Christian D.)


14h45 - 16h30 : atelier de rédaction des pratiques sociales

16h40 - 17h30 : atelier "répertorier les communs"

Dans la page http://wiki.lescommuns.org/wiki/Grille_des_Communs sont listées toutes les initiatives saisies comme étant des communs.

Atelier initial : repérer des communs http://wiki.lescommuns.org/wiki/Lille#Prendre_contact_.2F_Relier_.2F_Evaluer_.2F_Aider_les_communs

Après les communs existants, ont également été documentés des communs qui n'ont pas vraiment de consistance mais qui sont souhaités / qui sont des besoins exprimés (par exemple dans la communauté des tiers-lieux). Le nom est celui de la fonction attendue du futur commun.

Base de + en + étendue avec de + en + de propriétés.

Objectif : compléter les adresses postales manquantes pour pouvoir afficher les communs dans la cartographie de Communecter

Certaines fiches existent mais n'ont pas été sémantisées. Ex : Nova Ideo

Rappel de la définition de la sémantisation.

Territoire de l'assemblée des communs de Lille ?

On saisit des choses qui ne sont pas forcément sur le territoire stricto sensu, et parfois qui ne sont pas reliées à un territoire


Répertoire des Communs[modifier | modifier le wikicode]

1/ Import dans Communecter

2/ A partir de cet annuaire, se mettre en lien pour atteindre une masse critique

3/ Avoir un suivi de chaque commun (qui est usager, qui en a besoin)

Est il utile de leur demander ?

-> Atelier ....

Mais SI on parle en leur nom,

Evaluation des Communs (on présuppose)

Lister

a/ des structures

b/ des outils (Communs non structurés)

dans le wiki fiche organisation / fiche Commun

Commun = Ressource + Collectif

Tu va pouvoir désigner par la ressource & par le collectif


Inverser le regard : rentrer par la ressource


Exemple de la coroutine : http://wiki.lescommuns.org/wiki/La_Coroutine


-> Division

1/ Ressource + usages

2/ Rentrer des adresses

Emission sur les communs (dans la question urbaine)

+ (temps du réel / temps du rêve)


Carto des communs actuels sur communecter : https://www.communecter.org/?network=https://gist.githubusercontent.com/SimonSarazin/1077a5eab3f422372f8af7815ccad56e/raw/ee1bee2dc026e362d977149560d73c40ba5f3aa7/communslille

Sera mise à jour par un import après avoir fini la saisie dans le wiki.