Vers une Assemblée des Communs à Lyon - 1

De Wiki des communs

Infos pratiques[modifier | modifier le wikicode]

Date : 10 Décembre 2017

Annonce : https://www.facebook.com/events/156070838342106/

Lieu : MJC Confluence (28 Quai Rambaud, 69002 Lyon)

Compte-rendu[modifier | modifier le wikicode]

Ce document rend compte de la première rencontre publique - dans le contexte de la Fabrique des Communs (2017) - posant la question de la pertinence d’une Assemblée des Communs à Lyon. Cette rencontre a eu lieu en compagnie de Maïa et Julien, contributeurs et témoins de l'Assemblée des Communs à Lille.

Question soumise aux participant.e.s : est-ce pertinent d’envisager l’instauration d'une Assemblée des Communs à Lyon... et si oui, sous quelle(s) forme(s) ?

Une Assemblée des Communs, c’est quoi ?[modifier | modifier le wikicode]

Il n’y a pas de réponse unique à cette question ! Souvent, l’intention est de permettre aux praticien.ne.s une réflexion collective sur leur rapport aux communs. Les assemblée des communs ne sont pas forcément rattachés à des villes (comme à Lille ou Brest) ; il existe par ex. une Assemblée Européenne des Communs. Pour certaine.s, les assemblées des communs peuvent être appréhendées comme un « sol » (permettant l’accueil et le rassemblement de « migrants », au sens figuré).

Les assemblée des communs peuvent soutenir l’instauration, l’animation, la documentation d’appels à communs(ce type de dispositif a précisément été expérimenté en 2017 à Lyon). L’intention de ces appels à commun(s) est de renforcer les collectifs qui agissent par les communs, notamment pour éviter les effets de « mise en concurrence ». Par ce biais, les assemblée des communs peuvent agir - selon certain.e.s - sur la transformation de la « puissance publique ». 

Également évoqué :

  • Si il y a convergence d'acteurs pour incarner un objet, c'est sans-doute parce qu'y a un besoin de le matérialiser (cf. les "hyper objets" de Timothy Morton).
  • Dans le contexte des Roumics (Novembre 2017, à Lille), plusieurs militant.e.s & curieux.ses se sont demandée.s ce que signifiait "Vivre des communs ».
  • Lyon est une ville en transformation. Les politiques ‘locales’ sont des expression d’une politique globale. La "théorie du ruissellement » et contre le commun.

Récit de l'Assemblée des Communs de Lille[modifier | modifier le wikicode]

Il existe une Assemblée des Communs à Lilledepuis 2015. Son émergence s’inscrit dans une histoire singulière avec des caractéristiques propres à l’environnement lillois (richesse d’initiatives qui relèvent de l’économie sociale et solidaire ou de la ‘transition’, enjeux de médiation numérique très présents... | Nord = souffrance !).

Les initiateurs de l’Assemblée à Lille ont passé une année à se demander ce que pourrait être une "Assemblée des Communs". Questionne la légitimité de l'action.

L'Assemblée des Communs se situe au carrefour de plusieurs organisations agissantes sur Lille : Interphazl'ANISCatalyst, la chaire ESS, les Balades urbaines (... L’Assemblée des Communs à Lille fonctionne en stigmergie (méthode d'auto-organisation d’une groupe - voir

Les contributeurs ont imaginé un dispositif d'insertion pour présenter les communs, afin d'augmenter la compréhension pour les gens qui ne seraient pas familiers. L'Assemblée agit - de fait- sur l’insertion des "primo arrivant.e.s" sur le territoire ; cela permet d’orienter, d'être un point d'entrée (avec des dispositifs d’accueil).

Effort de réflexion théorique sur les chambres des communs gouvernances, gestion trésorerie => création de « morceaux » d'une future "Chambre des Communs").

M. Bauwens à proposé différents axes: fédérer les communs, cartographier les communs d'un territoire (...). La « représentativité » n'est pas un point essentiel.

D’autres expériences d'Assemblées en France[modifier | modifier le wikicode]

@ A. Mille : d'autres assemblées des communs ont été créées, notamment à Rennes. Il y des liens humains & des échanges de pratiques (via ce wikinotamment !). 

D’autres wikis ou bases de connaissances sont à connaitre / suivre / jardiner : remix the commonsmovilab.org,sharitories.eu. Des liens techniques sont envisagés (il y a également eu une rencontreà Villarceau autour des medias des communs pour identifier les rôles et outils de chacun - la réflexion est encore en cours). 

Les Assemblées des Communs participent d'un maillage entre les villes (en France, en Europe). À Brest : des liens très forts ont été créés entre la municipalité et des commoners. Michel Briand est très actif la-bas sur cette thématique. Grenoblea aussi son "Assemblée des Communs", née dans le cadre de Nuit Debout.

Processus de dissémination à l'échelle internationale, émergence de nouvelles formes de « municipalisme ». Mentionné : l'ouvrage BoloBolo (d'un anonyme).

Un bref historique des Communs à Lyon[modifier | modifier le wikicode]

Grandes dates

  • 2012 : villes en biens communs = constitution du collectif lyonnais. 
  • 2e édition du festival : avec asso VECAM : "le temps des communs" en 2015 = ampleur du mouvement. Evenement décentralisé et autogéré. Bilan 2015 : 69 évènements à l'échelle de Rhone-Alpes proposés par des collectifs. 
  • Festival sur 2 semaines. "Faire la ville en biens communs" à l'ENSAL 250 personnes + évènement transverse à MJC monplaisir : coconstruire des commun avec 50 personne from the scratch et 4 groupe thématique pdt la journée
  • 2016 : Fabrique Lyonnaise des communs (décision collective). Pourquoi une « Fabrique » et pas une « Assemblée » ? Par volonté de construire, de rester inclusif dès le départ (l'idée étant de toucher le plus de monde possible) 

Vigilances

  • Importance de la question de la gouvernance (pour créer de la confiance et gérer les conflits). Quelles sont les échelles d'interventions pertinentes pour les communs , tiers lieux / territoire / réseau / ... LE commun se crée par contact / rencontre(s). Communs = croisement entre l'individu et le collectif.

Questions 

  • Le collectif prime ? Le réseau ? La communauté ? Le territoire ?
  • Quel positionnement politique (conformisme vs révolutionnaire) ?
  • Doit-on "s'opposer en s'opposant"? Doit-on se poser contre ?
  • Quelle est la "délégation de responsabilité" qu'on se procure ?
  • Qui a la légitimité pour faire ou pour parler au nom du groupe ?

Tour de cercle sur les suites à envisager[modifier | modifier le wikicode]

Interventions préliminaires[modifier | modifier le wikicode]

  • Valentine : la revendication politique sert à faire avancer les choses : Il faut demander beaucoup pour avoir un peu. Ce que permettent les communs, c’est une diversité de démarche pour un but commun .Les communs doivent pouvoir se développer et exister dans notre société. Aujourd'hui les communs existent pas dans notre modèle économique actuel. La revendication commune aux organisations pratiquant le commun : faire reconnaître les communs à plus large échelle.
  • Alain : une revendication commune = ? un droit légal pour les communs / une légitimité structurelle. 3 mots reviennent de Lille, Rennes, Toulouse: ESS + Numérique + Ecologie. On est maintenant mûrs pour monter une Assemblée (des noeuds d'articulation avec une structure commune). Le commun aurait il besoin d'une existence juridique pour exister ? Au regard des pratiques, les communs sont un faisceau du droits. On constate des pratiques montantes. Multiplicité qui permet de construire. Est-ce que la revendication n'est pas dangereuse ? Risque "d'exposition" des avis des parties prenantes.
  • Julien : l'ANIS soutient le collectif de l’Assemblée des Communs à Lille, afin d'éviter de superposer les structures Cf. la charte des pratiques.

Une assemblée pour quoi ?[modifier | modifier le wikicode]

  • Michel : l'assemblée comme une charte des pratiques. Comment apparenter un collectif de la transition citoyenne à l'Assemblée des Communs ?
  • Maïa : un rassemblement des envies d'agir qui laisse assez d'espace aux diversités
  • Fabrice : un LIEN ! Des molécules et des échanges (de connaissance) entre elles.
  • Jonathan : ne voit pas l'intérêt d'une assemblée... plus besoin d'outils et de lieux !  
  • Thomas : un truc collectif entre structures ! Plus de liens et de projets ensemble.
  • Jonathan : un moyen d'engager le citoyen, de créer une culture référendaire, de regrouper les acteurs et mettre en place une manière d'interragir non monétaire. 
  • Mélia : OK pour la formalisation, mais pas un truc meta qui s'ajouterai à ce qui se fait déjà 
  • Fabian : le nom évoque des modes de gouvernances type assembée générale (peu engageant...)
  • Claire : structurer la dynamique permet une action politique et une mutualisation des moyens.
  • Françoise : un moyen d'accueillir les nouveaux, de donner une continuité entre les événements
  • Alain : au final on est peut-être pas mûrs... si ça ne s'impose pas comme une évidence, pas de raison de pousser le truc si on en pas besoin. il faut que ça aide les projets de chacun+ de robustesse, que ça devienne normal de faire communs et donc d'en vivre --> un lieu de visibilité commune 
  • Isabelle : la façon dont je me servirai" d'une assemblée est floue. Se questionne sur le le nom... S'il faut se réunir tout le temps? pfouu... Mais j'aurai besoin de la possibilité de donner une légitimité juridique ou économique pour arriver à valoriser l'action faite de type "commun" vis a vis des collectivités.
  • Anton : on est déja dedans ! L’assemblée des communs sert surtout à rendre visible ce qu'on fait. Le besoin de se réunir et discuter est lui fondamental.
  • Thomas : voit plutôt l'assemblée comme une île ressourcante. Pour acceuillir des pirates ou non. 
  • Sylvia : comment on se place dans une perspective temporelle. L'assemblée des communs donne aussi l'occasion d'adresser des questions d’intérêt général. 
  • Charlotte : on est déjà dans des formes de collectif et d'échange, pour impliquer de nouveaux publics une "identité" un étendard serait utile - plus de monde
  • Nicolas : 3 enjeux (1) comment on s'adresse aux collectivités (à commencer par Grand Lyon) qui nous considèrent chacuns comme une asso, un parent, bref un pion parmi d’autres. Forme a trouver pour avoir plus de PUISSANCE (2) Une Assemblée doit nous obliger à réfléchir à comment on économise de l’énergie. Besoin de partager des tactiques/voir du temps pour s’entraider". L'assemblée doit permettre d'en parler sans tabous, se préoccuper de la santé de tous (3) L'Assemblée est un outil pour mener des actions collectives pour créer des moments pour dépasser les frontières virtuelles et se doter d'une force collective.

Documents[modifier | modifier le wikicode]